Le diagnostic de nos experts

Faire face à la maladie au niveau émotionnel

Accepter et gérer ses émotions quand on est malade n’est jamais chose facile. Que ce soit au moment de l'annonce de la maladie, au cours du traitement ou après la guérison, vous pouvez ressentir le besoin de vous faire accompagner pour mieux maîtriser les sentiments qui vous envahissent dans ces moments-là.

Sommaire

Votre routine

Dame de onze heures

Fleur de Bach Dame de onze heures bio

Etat : j'ai besoin de soutien pour digérer le choc de l'annonce et/ou une mauvaise nouvelle

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau. .

aigremoine

Fleur de Bach Aigremoine bio

Etat : je cache mes problèmes de santé sous un masque d'insouciance

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau. .

saule

Fleur de Bach Saule bio

Etat : j'ai l'impression d'être victime du destin et j'ai une vision très négative de ce qui m'arrive

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau. .

Ajonc

Fleur de Bach Ajonc bio

Etat : je ressens du désespoir, je ne crois plus en une amélioration possible

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau.

Châtaignier

Fleur de Bach Châtaignier bio

Etat : je me sens impuissant et désespéré, parce que j'ai tout testé et qu'aucun traitement ne vient à bout de ma maladie

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau.

Noyer

Fleur de Bach Noyer bio

Etat : j'ai besoin de soutien mental pour accompagner les changements dans mon quotidien

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau. .

chêne

Fleur de Bach Chêne bio

Etat : je continue de me donner à 100% pour mon travail et ma famille sans jamais me plaindre

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau. .

olivier

Fleur de Bach Olivier bio

Etat : je suis épuisé physiquement et mentalement

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau. .

Mimule

Fleur de Bach Mimule bio

Etat : j'ai peur de mourir

Voie orale : Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour minimum, réparties dans la journée. A prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau. .

Le diagnostic établi par nos experts se base sur les réponses données aux questions posées, et ne peut pas prendre en compte des facteurs externes supplémentaires. Ce diagnostic ne remplace pas une consultation chez un professionnel de santé. Pensez à demander un avis médical !


Nos experts vous accompagnent

1. Questions-réponses avec Marina

Marina Ponsolle, conseillère agréée en fleurs de Bach, répond à vos questions sur la gestion des émotions face à la maladie, et vous présente sa routine fleurs de Bach :

  • Quel sont les impacts émotionnels de la maladie ?
  • Comment exprimer et gérer ses émotions face à la maladie ?
  • Comment développer une vision positive malgré les épreuves de la maladie ?
  • Comment gérer les émotions liées à la maladie grâce aux fleurs de Bach ?
  • Comment prendre les fleurs de Bach ?

2. Tout comprendre avec Marina, conseillère agréée en fleurs de Bach

Accepter et gérer les émotions de la maladie n’est jamais chose facile. Marina Ponsolle vous présente ses ressources pour soutenir les émotions liées à une maladie.

Comprendre les émotions face à la maladie

Impact émotionnel de la maladie

Le fait d’être malade, que cela soit une maladie de courte durée comme un rhume, ou une maladie chronique et grave, implique de vivre et ressentir des émotions. L’impact émotionnel a une incidence, à la fois sur le vécu quotidien de la maladie et sur le processus de guérison.

En tant que médecin, le Dr Edward Bach a mis au point la méthode des fleurs de Bach, parce qu’il s’est rendu compte à quel point la vie émotionnelle était importante dans le processus de soin et de guérison de ses patients.

Enfin, on sait aussi que les chocs émotionnels font partie des facteurs de risque du déclenchement de certaines maladies physiques comme le cancer.

La gestion émotionnelle lors d'une maladie

Le fait de vivre avec une maladie implique une forme de souffrance, qu’elle se manifeste par le biais de douleurs, d’un organe qui souffre ou encore par le biais émotionnel. Il est donc tout à fait normal et logique de ressentir des émotions intenses. Le meilleur moyen d’y faire face est d’en parler et d’exprimer tout ce que vous ressentez à l’intérieur.

Vous pouvez décider d’en parler à un professionnel de santé comme un psychologue ou à vos proches, même s’il n’est pas toujours évident de parler de ces sujets à son entourage.

Plusieurs outils peuvent vous aider à mieux vivre et exprimer vos émotions, comme :

  • l’écriture,
  • la lecture de livres sur la maladie qui vous touche,
  • les fleurs de Bach,
  • la danse,
  • le jeu de la roue des émotions (vous indiquez chaque matin quelle est votre météo intérieure),
  • le fait d’écrire sur un petit bout de papier l’émotion que vous ressentez, dès que vous la vivez et le mettre dans un petit bocal. Chaque semaine, ou lorsque le bocal est plein, vous pouvez éventuellement relire ces petits papiers et les brûler.

Gérer les émotions liées à la maladie grâce aux fleurs de Bach

Les fleurs de Bach agissent en première intention sur la sphère émotionnelle. Ce n’est pas leur rôle de vous guérir d’une maladie. Par contre, leur rôle est de vous accompagner sur la dimension psycho-émotionnelle, peu importe la problématique physique que vous rencontrez.

On peut par exemple se demander : « qu’est-ce que cette maladie me fait ressentir à l’intérieur ? », « comment je me sens et qu’est-ce que cette maladie, et tout le quotidien qu’elle implique, me fait vivre ? ».

Comme accompagnement émotionnel dans la maladie, on pourra penser aux fleurs de Bach suivantes.

Comment faire face au choc de l'annonce d'une maladie ou d'une mauvaise nouvelle ?

La Dame de onze heures (Star of Bethlehem) est la fleur des grandes tristesses, des chagrins, mais aussi des chocs. Découvrir qu’on souffre d’une maladie ou apprendre une mauvaise nouvelle dans son processus de soin (un traitement qui n’aurait pas marché par exemple), peut constituer un vrai choc émotionnel.

La Dame de onze heures va donc vous aider à digérer ce choc, à réaliser avec beaucoup de douceur ce qu’il vous arrive. Si cela s’accompagne d’une profonde tristesse, elle fera d’une pierre deux coups, et participera à vous réconforter et à symboliquement vous réconforter.

Comment admettre que l'on est malade ?

L’Aigremoine (Agrimony) aide les personnes malades qui ont tendance à faire comme si de rien n’était et comme si tout allait bien. On peut par exemple cacher les émotions négatives et les tourments que la maladie nous fait vivre sous un masque jovial.

Cette fleur favorise l’expression et la meilleure compréhension de ses émotions. Elle aide, en douceur, à mieux comprendre ce qu’il se passe en nous et à accéder plus facilement à ses émotions. En ce sens, c’est une fleur qui peut susciter une certaine vulnérabilité et le fait d’arriver à s’ouvrir aux autres sur ce qu’on vit avec plus d’authenticité.

Comment ne pas se laisser abattre ?

Le Saule (Willow) est une magnifique fleur lorsqu’on trouve sa situation profondément injuste. On peut avoir des pensées du type : « qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça », « le sort s’acharne contre moi » et se sentir complètement victime de ce qu’il nous arrive.

A l’état le plus fort de Saule, on peut ressentir de l’amertume et de la rancœur vis-à-vis de la vie. Il peut y avoir un sentiment d’injustice qui finit par nous démobiliser et nous mettre dans une énergie assez basse de type Calimero. Le Saule est donc une fleur qui permet de se remobiliser, de reprendre sa vie en main et d’avoir un baume d’apaisement pour atténuer ce sentiment d’injustice.

Comment gérer le désespoir et retrouver de l'espoir ?

Vivre avec une maladie sur du long terme peut nous faire vivre un vrai désespoir. On peut avoir l’impression qu’on ne voit plus la lumière au bout du tunnel et qu’il n’y a plus d’issue favorable.

Si vous avez complètement perdu l’envie et la foi, voire même que vous vous sentez comme mort à l’intérieur de vous, vous pouvez vous tourner vers la fleur Ajonc (Gorse). Elle fonctionne aussi très bien pour les personnes qui tentent un énième traitement, sans vraiment y croire, mais plus pour faire plaisir aux médecins ou à leurs proches.

Si à l’inverse, vous restez combatif, mais que vous vous sentez complètement impuissant, car vous avez tout essayé pour guérir et améliorer votre état de santé, il sera plus intéressant de vous tourner vers le Châtaignier (Sweet Chestnut).

C’est une fleur qui invite au lâcher prise et à s’en remettre à plus grand que soi. Il y a cette idée d’arriver à mieux accepter la situation et à faire confiance en la vie pour trouver une solution, parce que nous, nous sommes arrivés au bout de ce qu’on pouvait faire.

Comment faire face aux changements dans son quotidien ?

Le Noyer (Walnut) est la fleur de tous les changements qui sont difficiles à vivre, que cela soit dans le quotidien ou dans les changements physiques qu’on a du mal à accepter.

Comme la maladie peut impacter les deux, le Noyer sera absolument magnifique pour vous aider à mieux accepter tous ces changements, et à vivre ces périodes de transition et de changements de manière plus douce et facile.

Comment trouver un équilibre travail, famille et santé émotionnelle pendant la maladie ?

Le Chêne (Oak) est la fleur des grands combatifs et des personnes qui ne lâchent jamais rien, malgré la fatigue et les symptômes de la maladie. On peut prendre cette fleur lorsqu’on réalise qu’on a lutté pour continuer à avoir la même vie qu’avant, mais que le constat tombe : vous ne parvenez malheureusement plus à faire les mêmes choses qu’avant.

Cela peut vous rendre profondément triste et peut finir par complètement vous épuiser. Le Chêne favorise le fait de prendre conscience de ses limites, afin de trouver un nouvel équilibre qui soit le plus sain pour vous, puisque votre processus de soin est votre priorité n°1.

Comment faire face à l'épuisement émotionnel et physique causé par la maladie ?

L’Olivier (Olive) se mixe à merveille avec le Chêne, puisque c’est aussi une fleur de Bach de la fatigue. Vous pouvez la prendre dès que vous accumulez une forte fatigue physique, mentale et émotionnelle.

Cela peut être après une forte période de travail ou dans le cadre de la maladie, si votre corps a du mal à se reposer, se revitaliser et se ressourcer après un gros traitement médicamenteux, après une opération ou lors d’une phase de convalescence par exemple.

Comment surmonter la peur de mourir liée à la maladie ?

La maladie peut bien évidemment susciter de la peur et notamment la peur de la mort. Si vous avez peur de mourir à cause de la maladie, mais que cette peur reste gérable, vous pourriez prendre la fleur Mimule (Mimulus).

Si vous sentez que l’intensité de cette peur est extrême, voire suscite de grosses crises d’angoisse, vous pourrez plutôt vous tourner vers l’Hélianthème (Rock Rose).

Enfin, si vous avez peur pour vos proches, que vous vous demandez ce qu’il adviendrait d’eux et comment ils s’en sortiraient si vous veniez à mourir, c’est plutôt la fleur du Marronnier rouge (Red Chestnut) qui vous aidera à vous apaiser et à faire confiance dans les capacités de l’autre à surmonter ce potentiel choc de vie.

Comment prendre des fleurs de Bach ?

Les fleurs de Bach sont sans danger, sans risque de toxicité, ou de surdosage. Il n’y a aucune interaction médicamenteuse, ce qui fait que vous pouvez les utiliser en parallèle de n’importe quel autre traitement allopathique ou naturel.

Elles ne présentent aucune contre-indication, si ce n’est les personnes en sevrage d’alcool ou allergiques à l’alcool, car les élixirs floraux en contiennent pour la conservation.

Si vous prenez 1 seule fleur : 2 gouttes, 4 fois par jour au minimum, réparties dans la journée. À prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau.

Si vous prenez plusieurs fleurs (entre 2 et 7) dans un flacon personnalisé : 4 gouttes du mélange, 4 fois par jour au minimum, réparties dans la journée. À prendre pures en bouche, ou dans un verre d’eau.

Durée d’utilisation : s’il s’agit d’émotions ponctuelles, vous pouvez prendre vos fleurs de Bach seulement quelques jours, jusqu’à amélioration. Si vos problématiques émotionnelles sont plus intenses et présentes depuis longtemps, il serait intéressant de prendre les fleurs au moins 3 à 4 semaines.

Cultiver une vision positive et l’espoir

Comment développer une vision positive ?

Avoir une vision positive de la maladie et de votre avenir, ça s’apprend et ça se cultive. Il est tout à fait normal de ressentir de la peur, du désespoir et tout un tas d’émotions difficiles face à la maladie. Pour vous aider, vous pourriez mettre en place une routine bien-être, afin que ces émotions ne prennent pas toute la place, et que vous puissiez retrouver une forme de joie au cœur.

Les affirmations positives visent à transformer vos pensées négatives en pensées plus joyeuses et optimistes.

Faire des exercices sur la gratitude est également hautement salvateur. Je vous recommande à ce titre la lecture du livre La Magie de Rhonda Byrne qui se compose de 28 protocoles à faire pendant 28 jours. Dans son livre, elle invite à avoir de la gratitude pour sa santé même si elle est mauvaise aujourd’hui, car cela est beaucoup plus salvateur de vous concentrer sur la guérison plutôt que sur la maladie et sur le fait que vous êtes malade.

Elle conseille par exemple de remercier l’organe ou le dysfonctionnement à l’origine de la maladie, afin d’avoir une vision plus positive.

Espoir et résilience

La maladie fait partie des épreuves de vie les plus complexes, qui nous invitent à faire preuve de résilience et de persévérance. Pour vous aider dans ce combat, vous pouvez rejoindre des associations de patients, lire des histoires inspirantes de personnes qui ont surmonté les mêmes épreuves que vous et qui s’en sont sorties. Mais aussi, vous entourer de personnes positives, qui vous soutiennent et qui vous font du bien.

Quels types de soutien mental face à la maladie et aux changements induits ?

Ressources et soutiens externes

Toute aide thérapeutique est la bienvenue : n’hésitez pas à vous entourer de psychologue, sophrologue, conseiller agrée en fleurs de Bach, art-thérapeute, professeur de yoga, naturopathe, etc.

Auto-soins émotionnels

Il existe de nombreuses méditations et pratiques de visualisation permettant d’adopter une posture positive et optimiste, en vous concentrant sur les capacités de guérison de votre corps.

Cela fait énormément de bien, et, miraculeux ou non, on a pu constater des améliorations, voire des guérisons assez incroyables chez des personnes qui pratiquaient au quotidien ce genre de techniques.

Quel que soit l’outil que vous choisissiez, la vie regorge de trésors magnifiques pour vous aider à vivre ces périodes de maladie de façon plus sereine et agréable. Je vous souhaite vraiment d’aller vers ce qui vous fait du bien, vers ce qui vous anime et vous met en joie, car c’est bien là la chose la plus importante.